Recyclage matelas, Ardèche

Secondly, 500 matelas à recycler par jour à Flaviac

We Demain met en lumière l’économie de la vallée de l’Ouvèze en Ardèche, et plus particulièrement l’usine Secondly de Flaviac qui recycle les matelas.

Que deviennent les 4 millions de matelas jetés chaque année en France ?

Souvent synthétiques et issus de la pétrochimie, les matelas représentent des déchets polluants et encombrants, mais une filière de recyclage se met en place peu à peu. Reportage dans une usine pionnière, en Ardèche.

 

Secondly à Flaviac en Ardèche

De Simmons à Secondly

C’est avec ce titre et ce chapeau évocateur d’une réalité du recyclage en France que le magazine We Demain démarre son reportage sur l’ancienne usine Simmons de Flaviac. devenu Secondly en 2016.

En France, 4 millions de matelas sont en effet jetés tous les ans … et 95% finissaient encore enfouis ou incinérés en 2013. Un cauchemar pour l’environnement puisque la plupart sont composés de mousses de polyuréthane, produits issus de la pétrochimie… Le latex naturel se révèle aujourd’hui plus cher et rare, tout comme les matelas de laine et de crin de nos grands-parents (5 % du marché).
La France s’est toutefois réveillée en 2013 (avec) une taxe sur le mobilier vise à organiser leur collecte et six sociétés françaises se chargent désormais du recyclage des matelas. Dont Secondly.

2009, c’est l’année de mise en liquidation de l’usine de fabrication de matelas Simmons, moment sombre pour l’Ardèche et la commune de Flaviac en particulier : 94 salariés licenciés.

En 2010, le groupe Cauval en partenariat avec l’ADEME et les collectivités investissent dans la création d’une nouvelle entité dédié au recyclable des matelas, Ecoval jusqu’au dépôt de bilan en 2016, avec 46 salariés sans emplois.

Nouveau rebondissement en 2017 avec une reprise de l’activité sous la bannière Secondly, une jeune entreprise spécialisée dans le recyclage et disposant déjà d’un premier site de production dans le nord de la France, avec l’embauche de 10 salariés.

Après des débuts délicats– la firme a été restructurée en 2017- Secondly est aujourd’hui dans le vert. Deux apprentis sont même en formation, avec une promesse de CDD à la clé. Car le travail va croissant. Chaque jour, l’usine reçoit quelque 500 matelas à démanteler, et cette quantité double chaque année.

Nouvelle gamme de literie

Outre le recyclage de matelas, l’entreprise mise sur le développement d’une gamme de literie, en partenariat avec la CAMIF, avec un premier prototype en cours de réalisation qui serait commercialisé en fin d’année.

Un projet pionnier impulsé par la Camif, qui mise aujourd’hui très fort sur le made in France. « Participer activement à une économie plus circulaire, avec un impact plus positif sur l’homme et l’environnement, est urgent et donne du sens à notre travail », plaide Emery Jacquillat, le patron de la Camif, qui fait 40% de ses ventes sur les matelas.

Pour en savoir plus et lire l’article complet d’Alice Pouyat publié le 11 juin, rendez-vous sur le site de We Demain :

 

We Demain Secondly

Ardèche + Webzine

  • Site web de l’entreprise
  • Secondly souhaite doubler sa production de matelas recyclés, Le Dauphiné, 7 juin 2016